L’interview

Madame Donathile  NSINDABAHAGA, Vice-résidente de l’association Dushirehamwe(photo)
Journaliste :  Par rapport au projet de renforcement du leadership féminin et la prévention des conflits électoraux qu’est que vous visez ?
Donathile :  nous voulons que tout ce monde qui s’est présenté dans cette conférence publique, soit conscient que les conflits peuvent créer des troubles et  empêcher la bonne marche des élections, l’association Dushirehamwe en synergie avec l’association des jeunes filles et  SOFEPA, nous nous sommes mis ensemble pour essayer d’échanger sur la situation qui prévaut dans notre milieu. C’est faire un cri d’arme pour que tout le monde soit éveillé  et d’essayer de lutter contre ces problèmes qui sont entrain de surgir.
Journaliste : est ce qu’il y avait une problématique qui vous a inspiré pour vous lancer dans ce projet ?
Donathile : Nous entendu des rumeurs puisque nous n’avons fait des enquêtes approfondies, mais tout cela crée la peur, pour cela,  la femme doit crier gare pour que cela n doit pas surgir.
Journaliste : Pourquoi la femme ?
Donathile : Nous avons l’expérience, avec les crises qui ont secoué notre pays, nous avons vu que c’est la femme qui a beaucoup souffert, c’est elle qui coulait et fuyait avec des enfants au dos, alors que elle ne savait pas le motif, elle a eu la faim, elle a connu des violences, bref c’est la femme qui subissait plus que l’homme.
Journaliste : êtes vous optimiste que le projet donnera de bons résultats ?
Donathile : j’ai l’espoir  parce que au cours des activités l’administration était là, les membres des partis politiques, le corps de la police, les jeunes, à voir leur réactions au moment des échanges nous avons un grand espoir.

 

%d blogueurs aiment cette page :