Conférence débat en Province Cibitoke

Dans le cadre de la sensibilisation des filles et des femmes pour la participation dans les élections de 2015, l’Association DUSHIREHAMWE  avec l’appui de Cordaid a organisé une conférence débat dans la province de Cibitoke  portant sur « le renforcement du leadership féminin dans la prévention des conflits électoraux et à la consolidation de la paix »pour échanger le rôle des femmes dans la consolidation de la paix et de la sécurité. Le thème traite était « les défis à la participation des femmes dans le processus électoral de 2015 ». Le rôle de la femme est primordial pour garantir la sécurité. La  femme est l’espoir de l’avenir de la famille, pas de développement sans une femme éveillée.

Du coté social, la rumeur, les soupçons à l’ensorcellement, les jeunes filles  qui tombent enceinte au bas âge et qui quittent le banc de l’école, les unions libre, les mariages précoces et celles forcées sont des vices qui menacent la province.On a appelé la femme à ouvrir les yeux de s’approcher de la jeune fille désorientée pour l’éduquer. Il a donné les chiffres, cas des grossesses non désirées dans la commune MUGINA qui s’est démarqué. L’an 2012-2013, 81 cas de grossesses non désirées, 12 cas de viol, en 2013-2014, 11 cas grossesses non désirées et 3 cas de viol. Les participants ont dégagés des impacts que les femmes en subissent toujours les conséquences: les unions libres, les grossesses précoces ou non désirées, les confrontations familiales, la démographie galopante etc. c’est pour cette raison qu’il a appelé la femme à rester vigilante pour signaler ou empêcher les cas d’exactions commis dans la société d’où ils puissent provenir.

Mme  BOYAYO Jeanine qui a représenté le comité exécutif de Dushirehamwe a  insisté sur le rôle de la femme sur le domaine d’intervention et son champ d’action dans le domaine de la consolidation de la paix pour prévenir les conflits liés dans cette période préélectorale. Selon elle, l’association  s’étend sur 13 provinces est a commencé ses activité en 1996,  la province Cibitoke étant parmi les premiers provinces où a commencé  ses activités. Elle a alors invité les participants surtout les femmes à présenter toutes leurs inquiétudes en rapport avec la situation actuelle, c’est-à-dire avec les élections afin de dégager les recommandations visant à résoudre les problèmes qui pourront naitre.

Selon la représentante de la CEPI Cibitoke, l’enrôlement s’est bien passé. Elle a signalé que les femmes sont venues à la dernière minute. Selon elle, celles qui n’ont pas été enrolées ont dit qu’elles n’avaient pas de cartes d’identité car elles habitent loin des communes pour s’en procurer de cette carte. Elle a également évoqué que beaucoup de travaux leur empêchent de se libérer. Aussi, les hommes venaient leur faire enregistrer. Elle a conclu que c’est l’ignorance car les femmes disaient qu’elles ne voient pas l’importance de participer aux élections.  Elle a ensuite donné les chiffres des enrôlés au niveau province.

Après la formation on s’est entretenu avec  une dame d’une cinquantaine d’années qui venaient de bénéficier la formation et nous signale ici ce qu’elle vient de gagner après avoir suivi la conférence débat : « Je m’appelle Mema NIBITANGA J’habite ici à Cibitoke centre au numéro 8. Apres cette conférence je rentre avec la conviction que dans certaines situations les femmes doivent prendre le devant, que ce soit dans la période électorale ou en situation normale. On a éveillé la femme pour aller dans les institutions, Je pars avec objectif de sensibiliser les autres femmes, bref j’ai un sentiment de satisfaction.»

%d blogueurs aiment cette page :