Accès et contrôle des ressources familiales, une question en débat au Burundi

Les femmes et les hommes burundais n’accèdent pas de la même manière aux ressources familiales. Ceci est valable pour les villes et les campagnes.

Les femmes de Giheta dans une séance de sensibilisation sur la participation des femmes dans la gestion du patrimoine familiale

La société burundaise est caractérisée par le système patriarcal où le pouvoir de décision au sein du ménage revient à l’homme, promu chef de ménage. Plus de la moitié des agriculteurs sont des femmes et la croissance économique du Burundi dépend à 90% du secteur agricole. Néanmoins, les femmes ont un accès très faible aux  moyens de production tels que le revenu, la propriété et le crédit. Les propriétés foncières sont entre les mains de la majorité des hommes (62%) contre à peine 18% des femmes.

Le problème se pose au niveau de la participation et du contrôle des ressources par la femme. En effet, dans la plupart des cas, que ce soit en milieu rural ou urbain, c’est l’homme qui décide unilatéralement sur l’affectation des ressources même quand il n’a pas contribué à leur production.

Promotrice des articles en écorce de ficus à Bujumbura

Par ailleurs, même si les femmes sont présentes dans tous les secteurs d’activités, le travail productif qu’elles fournissent n’est pas valorisé comme tel et donc, n’est pas rémunéré. Une situation qui vient renforcer les relations de domination /dépendance qui caractérisent les rapports hommes/femmes au sein de la famille et contribuent largement à la féminisation de la pauvreté.

Quoique généralement instruits et bien informés sur les droits humains, la  tendance de décider sur tout tend vers la généralisation pour la plupart des hommes du milieu urbain,

Une éducation qui prépare à l’inégalité

La perception différenciée des rôles masculins et féminins est à la base de la répartition des tâches et de l’exercice inégal du pouvoir. Les hommes assument des rôles de gestion des affaires publiques et les femmes sont plus impliquées dans les rôles sociaux.

Les femmes vendeuses de vivres au marché de Giheta

En milieu rural, souvent les rôles donnant lieu à l’ouverture au monde extérieur (pouvoir, décision, parole en public) sont confiés au jeune garçon qui reçoit une éducation le préparant à assumer de telles responsabilités.

 

 

Des programmes de sensibilisation pour défendre les droits des femmes

Face à ces défis, des sensibilisations envers les femmes et les hommes sont nécessaires. La Politique nationale Genre adoptée par le gouvernement du Burundi a mis en place un ensemble d’objectifs et de stratégies visant le changement comportemental. Le rôle des organisations de la société civile et des médias est crucial au niveau communautaire.

Une nécessité d’actualiser les textes de lois égalitaires s’impose

Le gouvernement burundais a adopté des législations nationales pour promouvoir les droits des femmes et le renforcement de l’égalité des sexes. Il a adhéré aux différents instruments internationaux, régionaux et sous régionaux qui prônent l’égalité des genres.

Madame S. NTIRAMPEBA Chargée des programmes ONUFEMMES Burundi

Mais certains de ces textes méritent d’être actualisés pour concrétiser cette égalité. „L’amélioration du statut de la femme au Burundi n’est pas l’apanage des conjoints seuls mais de toute la société“ souligne Scholastique Ntirampeba, chargée des programmes à Onu femmes Burundi. „Les efforts doivent être concentrés dans le paysage législatif pour l’adoption et l’application des lois égalitaires.“

La  présence et la participation des femmes dans les différentes institutions (plus de 30% au niveau du parlement)  pourraient influencer le changement social pour un accès égalitaire aux ressources familiales.

Lire aussi:  Contrôle des ressources du ménage : une utopie pour les Burundaises des milieux urbains

                    L’éducation des enfants burundais, un défi pour l’égalité en milieu rural

                    Rwanda: la théorie sur l’égalité des genres ne colle pas à la réalité

                    RD Congo: la femme rurale source des revenus mais dissociée à la prise des décisions.

%d blogueurs aiment cette page :